Maladies hormonales et auto-immunes

Maladies hormonales et auto-immunes

Département hospitalo-universitaire AUTHORS
Maladies hormonales et auto-immunes

Le DHU AUToimmune and HORmonal diseaseS « AUTHORS » a profité des restructurations sur le campus de Cochin pour construire un programme complet comprenant soins cliniques, recherche et enseignement. Il se concentre essentiellement sur le diabète, les maladies endocriniennes et les vascularites.

A la fin de l’année 2013, le département d’immunologie-diabétologie de l’université Paris Descartes, un service de médecine interne et 3 laboratoires de l’INSERM ont rejoint les équipes cliniques et de recherche basées sur le campus de Cochin. Ce projet unique sur le campus de Cochin vise à rapprocher les services clinique et de la recherche, afin d’atteindre la masse critique la plus élevée dans leur domaine au niveau national.

Les partenaires cliniques regroupent les laboratoires de diabétologie de l’adulte, d’endocrinologie, de médecine interne, d’obstétrique et de biologie clinique (génomique, immunologie, hormonologie) sur le campus de Cochin, et le département d’endocrinologie-diabétologie pédiatrique de l’hôpital Necker. Le programme clinique adoptera une approche multidisciplinaire des maladies auto-immunes et hormonales.

En effet, celles-ci ont plusieurs caractéristiques en commun : mécanismes pathogènes, chronicité, hétérogénéité sous-estimée, thérapies mal ciblées, et éducation et gestion à long-terme difficiles du patient. L’association des pédiatres et des médecins permettra d’assurer la continuité des soins sur le long terme. L’objectif est d’améliorer les soins apportés au patient en favorisant les projets collaboratifs, en mettant en place de nouvelles procédures de diagnostic et en développant de nouvelles stratégies thérapeutiques. Cet objectif sera poursuivi grâce à des programmes de formation des patients atteints de maladies chroniques, à des consultations multidisciplinaires, à des soins intégrés pour la transition adolescent-adulte, à des plateformes dédiées à la grossesse, à des phénotypages complets des patients pour une meilleure classification des maladies, au développement de cohortes de patients (existants et nouveaux) et à des essais cliniques phase 1 et phase 2.

Les partenaires de recherche font partie du département endocrinologie, métabolisme, diabète de l’institut Cochin. Ils couvrent : le développement et la biologie des cellules β ; l’auto-immunité et inflammation des cellules β ; l’auto-immunité de la paroi artérielle ; la mesure du glucose et la glucotoxicité ; la signalisation de l’insuline et endocrine ; les récepteurs des protéines G et des cytokines ; la bio-énergétique des mitochondries ; les kinases activées par AMP et la mesure de l’énergie. Notre but : tester de nouvelles hypothèses physiopathologiques sur le diabète, les maladies endocriniennes et les vascularites, dans le but d’améliorer la prise en charge quotidienne du patient et la prévention des maladies : identifier de nouveaux biomarqueurs pour améliorer la classification des maladies et la stratification des pronostics ; et promouvoir le développement des stratégies thérapeutiques sur la base physiopathologique. Le développement de nouveaux modèles précliniques sera suivi de leur validation lors d’essais chez l’homme grâce aux cohortes de patients. Cela permet ainsi de réduire l’écart entre la recherche en laboratoire et la pratique clinique au lit du malade.

Le programme éducatif reposera sur l’engagement actuel des scientifiques membres de l’université et de l’INSERM dans l’enseignement des programmes développés à l’université Paris Descartes. Il lancera aussi une formation doctoral Laennec « comprendre la physiopathologie » ainsi que des programmes de formation, dans l’objectif de fournir aux jeunes chercheurs un cadre d’échanges interdisciplinaire entre recherche et investigation clinique.
Des partenariats industriels aideront au développement dans les domaines couverts par le DHU (maladies communes ou modèles) de nouveaux projets précurseurs des défis médicaux, scientifiques, économiques et industriels.

Plus d’informations en cliquant ici.